Vendre, du début à la fin !

Produit conçu, fabriqué, distribué et maintenant, faut que ça se vende !
Et si on vendait le produit dès sa conception et tout au long du processus ?

VOILÀ, c’est fait, le produit est fabriqué, c’est le meilleur, il est en rayon, il est sur internet et il faut maintenant ramer pour le vendre, claquer beaucoup d’argent en publicité, en promotions diverses, en commissions de toutes sortes. Une montagne à escalader et pas toujours la bonne pioche pour atteindre le sommet.

Voilà la situation que je rencontre auprès de l’industriel de petite ou de moyenne taille. Il connait son métier par cœur, il sait concevoir le bon produit, il sait en maîtriser les coûts, il sait le produire. Déjà, au niveau de la logistique, ça commence à glisser et on applique alors des recettes un peu anciennes mais qui fonctionnent depuis longtemps.

Puis mon industriel quitte la plaine et se retrouve devant l’Everest : ce qu’il n’a pas anticipé dès le départ, le marketing, se dresse devant lui. Concurrence, distribution, internet, marketplace, publicité, agents commerciaux, autant d’obstacles entre lui et le sommet, le consommateur, le Client avec un grand C.

Inverser le flux du processus

Le petit et moyen industriel pense évidemment au consommateur mais reste souvent coincé dans une logique de processus qui va de la conception de son produit vers sa distribution au consommateur : il grimpe. À chaque étape du processus, il tente d’intégrer les contraintes consommateur à ses propres contraintes : il charge son sac à dos quand l’oxygène se raréfie, vraiment hard !

Alors qu’une inversion du flux lui permettrait de partir du consommateur, de déterminer son besoin de produit et de services attachés, d’en déduire le meilleur mode de distribution, le packaging le plus adapté, les meilleurs choix de fabrication et, finalement, de concevoir le produit tel qu’il est attendu en terme de qualité, de prix, de commercialisation et de services par le consommateur.

Processus inversé à partir de l’insight consommateur